• Accueil
  • > Recherche : jacques fontaine colbert

Résultats de votre recherche

Installation à Bourbon

Posté par romafe le 24 août 2010

Etienne REGNAULT et ses compagnons sont en bonne forme. Les nouveaux arrivants s’installent au pied d’un grand rocher duquel tombe de belles fontaines.

Ils construisent une case, se nourrissent de gibier, de racines, plantes et de fruits. Ils sèment des graines potagères qu’ils avaient emporté.

Jacques FONTAINE s’installe à « l’habitation de St Paul ». Elle est au pied d’une montagne éloignée de la mer de deux lieues. Cet espace est une plaine très belle, arrosée d’un étang qui fait ouverture à la mer et qui se débouche quand les pluies viennent.

Pour construire les cases, des lataniers sont abattus. Leurs troncs serviront à monter murs et les feuilles à couvrir les toits. Le mobilier est sobre : une table, des tabourets et des étagères. Le sol meuble au début, sera stabilisé plus tard par un socle de galets tassés et liés par de la terre et du sable.

Les hommes dorment sur une grande épaisseur de sable recouvert de feuilles séchées, enroulées dans une toile ou une couverture.

Par fortes chaleurs ils dorment à la belle étoile, la nature est si généreuse que la terre sert de couche, le ciel de toit, les arbres de rideaux.

Le 14 mars 1666, dix bateaux emportant 1688 personnes quittent La Rochelle sous le commandement du Marquis de MONTDEVERGUE voguent vers Madagascar. Une grande disette les contraint à se ravitailler à Bourbon : quatre cents ont disparu, une centaine malades, sept cents affamés. Dans l’île ils épuisent les réserves. REGNAULT et les douze pionniers sont débordés. MONTDEVERGUE donne à REGNAULT les instructions de COLBERT : installation d’un prêtre et d’un frère à Bourbon, réalisation d’une carte de l’île avec description exacte des lieux, organiser un bon port pour ravitailler les bateaux car Fort Dauphin n’est pas une escale de qualité : insécurité, les fièvres, les morts nombreux, le manque de vivres, la guerre entre Français et autochtones en font un lieu inhospitalier.

REGNAULT croit au choix de Bourbon sur Fort Dauphin, il aura raison (décision du Roy en octobre 1669).

REGNAULT envisage un projet ambitieux : nouvelles cultures, plantation de tabac, de dattiers, de vignes et de fruits. Il veut fonder la capitale de Bourbon sur l’embouchure de la rivière St Denis, bâtir la première demeure du gouverneur, construire des magasins car à St Denis la mouillage permet de rader plusieurs vaisseaux à 15 brasses de la côte, l’ancrage est meilleur qu’à St Paul, le fond est de sable noir, l’eau y est facile pour les navires.

REGNAULT constitue trois groupes de colons : un à Ste Suzanne, un à St Denis et les autres sur l’habitation de vieux St Paul.

Au début de 1669, REGNAULT et quelques hommes s’installent sur les bords de la rivière St Denis, Jacques FONTAINE, menuisier, fait partie de ce groupe. Il commence la construction de la case du gouverneur et les nécessaires magasins pour entreposer les produits que la compagnie vendra aux navires de passage. Jacques FONTAINE travaille à ces constructions. Il s’installe sur le rempart qui surplombe la rivière St Denis.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

Publié dans | Pas de Commentaires »

Le voyage de Jacques FONTAINE

Posté par romafe le 18 mai 2010

Le 7 mars 1665 la flotte lève l’ancre, l’émotion est très forte de tous ces pionniers, reverrons t il un jour la France ? 

 clipimage002.jpg  

Quatre bateaux constituent la flotille : la frégate « Saint Paul », la galiote « l’Aigle Blanc », et les flûtes « la Vierge de Bon Port » et « le Taureau » qui emporte 64 hommes d’équipage et 95 passagers. Peu après le départ, Colbert décide de déposer à Bourbon, encore déserte, vingt hommes, sous le commandement d’Étienne REGNAULT, afin d’organiser une base de ravitaillement pour ses navires. Jacques FONTAINE fait partie de ses volontaires retenus.  

voyagejacquesfontine.jpg

Les bateaux dépassent les Îles Canaries quinze jours après, puis Saint Louis du Sénégal, Dakar, longent le golfe de Guinée, languissent dans le pot au noir, dévient vers le Brésil. Ils finissent par doubler le cap de Bonne Espérance, et atteignent Madagascar. Le « Taureau » aborde le 9 juillet Bourbon. Émotion intense de Jacques FONTAINE et de ses compagnons, qui après quatre mois de navigation parsemés d’épreuves, foulent cette terre ignorée pour bâtir leur nouveau domaine.  L’objectif premier des vingt français et de constituer des réserves pour les navires français de passage. Ils s’installent à Saint Paul, la nourriture est abondante, oiseaux, poissons et d’énorme tortue qui pèsent jusqu’à 700 livres. Cette liberté laisse place à la paresse, la solitude devient pesante. 

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

Publié dans | Pas de Commentaires »

12
 

Train Touristique du Val de... |
Club Informatique de Pujaut |
AEA Association |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | asgolfclubdegretz
| Ecole Maternelle Jean Touss...
| eauSoleil - Aabari 2010